• TRIBUTE TO HUGH HOPPER

TRIBUTE TO HUGH HOPPER


Image de couverture TRIBUTE TO HUGH HOPPER



Multi-supports
Prix :

Choisissez votre mode d'accès :

Hugh nous avait quittés prématurément,  il y a dix ans. Bassiste phare du début des années 70, cité régulièrement aux côtés de Jack Bruce ou Tim Bogert dans les référendums,  il avait collaboré avec Carla Bley, mais entra dans l’histoire surtout pour son rôle de bassiste-compositeur de Soft Machine dans sa période la plus créative. Il s’y illustra dans l’écriture de longues pièces instrumentales, mais également dans le format « pop song » pour Robert Wyatt, avec qui il continua sa collaboration par la suite.  La reformation du groupe en 2002 sous l’appellation Softworks (avec Allan Holdsworth, Elton Dean, John Marshall), puis  Soft Machine Legacy ( avec John Etheridge) l’avait à nouveau catapulté sur la scène internationale. Cet homme doux,  quintessence de la courtoisie british, était aussi artistiquement intransigeant. Sachant s’entourer, Hugh n’était jamais aussi heureux qu’en entendant ses solistes s’exprimer dans des compositions qu’il avait ciselées à leur mesure. Quelques-uns de ses collaborateurs français lui rendent hommage en reprenant le répertoire qu’il avait créé pour Soft Machine, et pour ses trois premiers albums en solo.

 

Plus d'informations


  • TRIBUTE TO HUGH HOPPER

    TRIBUTE TO HUGH HOPPER

    1h53

    Langue : Multilingue

Hugh nous avait quittés prématurément,  il y a dix ans. Bassiste phare du début des années 70, cité régulièrement aux côtés de Jack Bruce ou Tim Bogert dans les référendums,  il avait collaboré avec Carla Bley, mais entra dans l’histoire surtout pour son rôle de bassiste-compositeur de Soft Machine dans sa période la plus créative. Il s’y illustra dans l’écriture de longues pièces instrumentales, mais également dans le format « pop song » pour Robert Wyatt, avec qui il continua sa collaboration par la suite.  La reformation du groupe en 2002 sous l’appellation Softworks (avec Allan Holdsworth, Elton Dean, John Marshall), puis  Soft Machine Legacy ( avec John Etheridge) l’avait à nouveau catapulté sur la scène internationale. Cet homme doux,  quintessence de la courtoisie british, était aussi artistiquement intransigeant. Sachant s’entourer, Hugh n’était jamais aussi heureux qu’en entendant ses solistes s’exprimer dans des compositions qu’il avait ciselées à leur mesure. Quelques-uns de ses collaborateurs français lui rendent hommage en reprenant le répertoire qu’il avait créé pour Soft Machine, et pour ses trois premiers albums en solo.

 

Plus d'informations


  • TRIBUTE TO HUGH HOPPER

    TRIBUTE TO HUGH HOPPER


    Durée : 1h53
    Langue : Multilingue
    1h53

    Offrir "TRIBUTE TO HUGH HOPPER" à un ami

    Paiement 100% sécurisé
    Visionnage en streaming
    Formules d'abonnement
    Compatible tout support